lundi 16 juin 2014

Comment sortir d'un Redressement Judiciaire ?



Retrouvez cet article et toutes les fiches pratiques de l'entrepreneur sur
Creative Consulting


Lorsque votre entreprise entre en Redressement Judiciaire (ou en Sauvegarde, ce qui, pour la suite est similaire), cela commence par un Jugement du Tribunal de Commerce qui vous place dans une période d’observation qui dure 6 mois, qui peut être renouvelée de 6 mois supplémentaires, voire étendue encore quelques mois.



Le but de cette période d’observation est d’observer (comme son nom l’indique) votre capacité à redresser l’entreprise pour qu’elle soit en mesure de présenter un plan de continuation à l’issue de cette période.
En d’autres termes, pendant cette période d’observation, vous devrez tout mettre en œuvre pour que l’entreprise soit en capacité de dégager suffisamment de résultat pour pouvoir payer le plan et éventuellement d’investir et donc de vous développer.

Une période sensible

Car, et on l’oublie trop souvent, entrer en Redressement Judiciaire signifie que les dettes qui constituent son passif son « seulement » gelées. Ce qui signifie qu’il va falloir les rembourser. On peut d’ailleurs se poser la question du rôle joué par les « partenaires » et fournisseurs de l’entreprise qui entre en Redressement Judiciaire. En effet, ils ont en principe tout intérêt à ce que l’entreprise puisse présenter un plan de continuation ce qui signifie pour eux le fait d’être remboursés de leur créance. Mais au lieu de cela, ils dénoncent tous les encours qu’ils accordaient auparavant, ce qui obère sérieusement les chances de s’en sortir pour l’entreprise …

En contrepartie, il est strictement interdit de faire des dettes nouvelles pendant la période d’observation car cela signifie que l’entreprise n’est toujours pas rentable, donc que sa restructuration est inefficace, donc qu’elle doit être liquidée …

Mais comment faire lorsque les banques et vos fournisseurs ont supprimé vos encours et que vous devez malgré tout être en mesure de payer tout ce que vous devez payer pour non seulement ne pas faire de dettes nouvelles, mais également dégager suffisamment de résultat pour pouvoir présenter un plan ?

La réponse est simple : il faut commencer par restructurer, définir les priorités et ensuite, être malin.


Restructurer

Si vous avez déposé le bilan, ce n’est pas par hasard. Votre entreprise nécessite d’être restructurée et rapidement.

Par restructuration, j’entends la mise en œuvre d’actions visant à rendre votre entreprise à nouveau rentable. Et par rentabilité j’entends disposer de suffisamment de trésorerie pour pouvoir assumer toutes les charges de l’entreprise.

Cette étape est souvent la plus douloureuse car elle touche aux fondements même de l’entreprise. Il y aura un avant et un après restructuration, il y aura des départs et parfois quelques arrivées, il y aura une réorganisation, un recentrage sur certains métiers, etc.. Bref, l’entreprise doit sortir transformée de cette période.

D’autant que si vous ne faites rien, les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets, le Tribunal de Commerce risque de prononcer la Liquidation Judiciaire de l’entreprise rapidement afin d’arrêter l’accumulation de dettes.


Définir les priorités

Pour faire simple, si on décompose le compte de résultat d’une entreprise à la manière des SIG (Soldes Intermédiaires de Gestion), on constate qu’on a 3 grands postes de charges :

  • les achats de matières premières ou de prestations
  • les frais généraux
  • les salaires et charges sociales


A priori, sauf bonne négociation de votre part, vous ne disposez plus du tout d’encours pour les achats de matières premières ou de prestations, donc vous ne risquez pas de faire de dettes nouvelles sur ces postes.

Cela n’est pas le cas sur les frais généraux ou sur les salaires et charges.

La priorité est donc de traiter en premier lieu les salaires et charges sociales puis les frais généraux. C’est-à-dire que vos encaissements doivent servir en priorité à traiter ces dépenses.

La question de pose alors de savoir comment faire pour traiter les achats.


Etre malin

Le risque est, surtout au début, de ne pas disposer de beaucoup de ressources financières. Cependant vous avez la possibilité de préparer votre Redressement Judiciaire en laissant filer vos comptes courants bancaires et en ne déposant vos encaissements qu’une fois le jugement d’ouverture prononcé. Ce n’est pas une méthode fantastique, mais sincèrement, je crois bien que tout le monde le fait …

L’autre façon est de refuser systématiquement tous les arrangements locaux du type : tu ne déclares pas mes dettes au passif du Redressement Judiciaire et je te paie en 3 ou 4 mois. Théoriquement cela pourrait permettre de disposer de conditions de paiement plus avantageuse avec ce fournisseur sauf que :

  • c’est totalement illégal
  • cela va plomber votre trésorerie le temps de ce mini-plan d’apurement
  • vous n’avez aucune garantie que le fournisseur va ensuite tenir ses promesses de conditions de paiement avantageuses après coup


Il faut en profiter pour changer de fournisseurs et en prendre qui n’ont pas de passif avec votre entreprise. Ils seront sans doute plus enclins à vous faire des conditions de paiement acceptables pour votre trésorerie.
Ensuite, vous pouvez et devez impliquer vos clients en les faisant au maximum payer par anticipation (voir à ce sujet mon article « Améliorer sa trésorerie grâce à ses clients »).



Pour augmenter vos chances de sortir d’un Redressement Judiciaire, il faut profiter au maximum du délai accordé par le Tribunal de Commerce pour restructurer l’entreprise. Mais il faut à tout prix éviter de faire des dettes nouvelles. Pour cela il faut absolument traiter en priorité les postes susceptibles de générer ces dettes nouvelles et ensuite faire preuve d’intelligence pour être toujours en capacité de générer suffisamment de chiffre d’affaires.


Et vous, avez-vous déjà vécu un Redressement Judiciaire ?


Si cet article vous a plu ou vous a été utile, n'hésitez pas à le partager.
Si vous avez besoin de conseils pratiques pour restructurer intelligemment votre entreprise contactez-nous sur Creative Consulting et nous pourrons vous aider de manière concrète et efficace.


Pour aller plus loin :



           

2 commentaires:

  1. j’aime bien cette article aussi j’ai trouvé sur Serie
    une episode qui parle sur le meme principe c’est Serie
    Une chance de trop
    je te remerice encore fois de bien accepté mon commentaire car je suis amusé de lire votre article

    RépondreSupprimer
  2. pour les professionnels du bâtiment la première chose à faire est la souscription à une assurance décennale

    RépondreSupprimer