mercredi 3 juin 2015

Les limites de la sous-traitance



Retrouvez cet article et toutes les fiches pratiques de l'entrepreneur sur
Creative Consulting


François est satisfait de lui car il a réussi à se débarrasser d’une partie de sa production. Il est satisfait car désormais il va pouvoir se concentrer sur ce qui compte vraiment pour lui, c’est-à-dire la commercialisation de ses produits. Il est satisfait car il a réussi à trouver un sous-traitant qui va se charger de fabriquer ses produits à un prix qui est sensiblement inférieur à ce que cela lui coûtait en interne.

Seulement, après quelques semaines et un planning de production envoyé à son sous-traitant, il réalise que ce dernier, non seulement a pris beaucoup de retard dans la production et qu’en plus, il semble que la qualité des pièces produites ne sera pas au rendez-vous.

Cette situation le met dans un état de stress épouvantable car il a déjà pris des engagements auprès d’un grand nombre de ses clients et à ce jour, il ne sait pas comment gérer la situation …



Cette histoire est hélas fréquente et qu’il s’agisse de produits, de développements de logiciels, de services, c’est toujours la même histoire : si on a une approche de la sous-traitance à court-terme, on va droit à la catastrophe.
Pourtant, bien gérée, la sous-traitance peut aider au développement de l’entreprise et soulager sa trésorerie en période maigre.

Alors, quelles sont les limites de la sous-traitance à connaître pour que tout se passe bien ?

Personnellement, j’en vois au moins quatre :

  • la sous-traitance ne peut pas être qu’une solution à court-terme
  • la sous-traitance ne signifie pas l’abandon d’une activité
  • la sous-traitance demande un renforcement des contrôles en interne
  • la sous-traitance peut générer d’importants coûts cachés

1/ la sous-traitance ne peut pas être qu’une solution à court-terme

La sous-traitance est un engagement sur le long-terme. En effet, si vous voulez faire les choses bien, il faut bien préparer la mise en place d’une sous-traitance et il va donc falloir y consacrer du temps.
De plus, sous-traiter une activité que vous réalisiez jusqu’à présent va nécessiter que vous repensiez les échanges entre les personnes concernées de votre entreprise et le sous-traitant.

Tout ce travail ne peut donc pas être fait pour une petite période car il s’agit d’un investissement important. Pour le rentabiliser vous devez donc inscrire cette démarche dans la durée.


2/ la sous-traitance ne signifie pas l’abandon d’une activité

Si vous avez l’idée de sous-traiter une partie de votre activité pour ne plus avoir à vous en occuper, vous vous trompez. En effet, sous-traiter quelque chose signifie seulement confier sa réalisation à un partenaire extérieur. Vous ne devez donc pas vous en désintéresser sinon le partenaire extérieur fera ce qui l’arrange, même si cela vous dessert.

Il y a un point commun entre la sous-traitance et la délégation. Il ne vous viendrait pas à l’esprit de déléguer une tâche à un collaborateur en vous disant que c’est un moyen pour ne plus y penser du tout. Alors, appliquez ce raisonnement à la sous-traitance !


3/ la sous-traitance demande un renforcement des contrôles en interne

Si sur le papier la sous-traitance permet de réduire des charges dans votre entreprise parce que l’achat d’une pièce sous-traitée coûte moins que de la réaliser en interne, il ne faut pas oublier de compter toutes les charges qui vont s’ajouter et qui n’existaient pas avant.

La première d’entre elles est celle liée aux contrôles. En effet si vous fabriquez un produit en interne, vous avez une proximité qui vous permet de contrôler en cours de fabrication, et donc de limiter les contrôles en fin de production. Dans le cas de la sous-traitance c’est différent car, même si vous pouvez déléguer certains contrôles à votre sous-traitant, il va falloir vous assurer que ce qui arrive de chez lui est parfaitement conforme à vos exigences. Et cela a un coût.

Donc la sous-traitance va sans doute diminuer vos effectifs en fabrication ou en développement, mais augmenter ceux du contrôle …


4/ la sous-traitance peut générer d’importants coûts cachés

Si vous additionnez au prix auquel vous achetez votre produit chez votre sous-traitant,  les coûts de transports, les coûts liés aux malfaçons, les coûts liés aux contrôles internes renforcés, vous pouvez arriver à des montants non négligeables. Vous pouvez même arriver à dépasser les coûts que vous aviez en interne !

Est-ce à dire que vous ne devez pas sous-traiter ? Bien sûr que non, mais il faut que vous ayez conscience de ces coûts cachés. De plus, vous ne devrez pas négliger d’autres coûts, indirects cette fois-ci, liés à la qualité et la perception client. En d’autres termes, si vous arrivez à faire fabriquer un produit ou faire développer une application pour beaucoup moins cher que ce que vous arriviez à faire en interne, mais que vous livrez en retard un produit de mauvaise qualité, les conséquences commerciales seront sans commune mesure avec les économies que vous pensiez avoir réalisé.



La sous-traitance doit être vue comme une délégation : elle s’accompagne de contrôles importants et doit intégrer tous les coûts indirects et cachés. Si vous avez une vision objective qui vous fait choisir cette option plutôt que la production en interne, cela peut s’avérer une bonne opération. Si en revanche, vous pensez faire une bonne affaire en omettant dans votre raisonnement tous les risques possibles, alors vous courez à votre perte !





Et vous, favorisez-vous la sous-traitance ?


Si cet article vous a plu ou vous a été utile, n'hésitez pas à le partager.
Si vous cherchez à bien gérer votre organisation, contactez-nous sur Creative Consulting et nous vous aiderons à mettre en place les outils nécessaires.








           

3 commentaires:

  1. Merci pour cet article. Il est aussi complet qu'intéressant.
    La sous-traitance s'impose souvent comme une solution de facilité. Je vous rejoins sur le fait que celle-ci doit rester exceptionnelle et de courte durée. Sous-traiter, c'est aussi avoir des frais supplémentaires.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Evelyne,
    Effectivement, la mise en place d'une sous-traitance doit s'anticiper et il ne faut pas imaginer une seconde que le fait de sous-traiter exonère de contrôles ! Au contraire !

    RépondreSupprimer
  3. Sous-traiter est parfois indispensable. Certaines entreprises sous-traitent à l'année, d'autres le font exceptionnellement. L'organisation dépend entièrement de la politique de l'entreprise, de ses objectifs et de ses budgets.

    RépondreSupprimer